Promouvoir les droits humains des femmes et des filles à travers le monde.

Programme d’action

ALLIANCE INTERNATIONALE DES FEMMES
INTERNATIONAL ALLIANCE OF WOMEN

Droits Egaux – Responsabilités Egales
Equal Rights -Equal Responsabilities.

PROGRAMME D’ACTION 2014 – 2016
Adopté au 36e congrès, Londres, Royaume Uni, septembre 2013

DECLARATION DE PRINCIPE
Les droits des femmes sont des Droits Humains
Les Droits Humains sont universels, indivisibles, interdépendants et en étroite corrélation

SECURITE–VOIX–CHOIX: 

VISION 

Chaque fille, chaque femme compte.
Elles  doivent avoir sécurité, voix aux décisions, ainsi que  le choix de leur  vie. 

Sécurité :
Elles doivent être en sécurité à la maison :
Elle ne doivent y subir ni violence, ni humiliation ni refus de nourriture ou de soins médicaux, ni préjugés ni pratiques nuisibles – comme les mariages précoces, les mutilations génitales, le repassage des seins – ni d’excessifs  travaux domestiques qui les empêchent d’aller à l’école.

Elles doivent être en sécurité à l’école:
Sanitaires internes à l’établissement, pas d’intimidation, de menaces sexuelles ni  de la part des enseignants ni de celle des étudiants, mais prise de décision et estime de soi.

Elles doivent être en sécurité dans leurs communautés:
Pas de préjugés (handicapées, veuves, guérisseuses), d’accès inégal, de contrôle et de possession des terres décidés par la loi et les pratiques coutumières.
Pas de violence, d’enlèvements ni de traite.
Lors de situations de conflits et de post- conflits ou en cas de désastres elles  doivent protégées de la violence, des dangers qui menacent leurs vies et leurs possessions et doivent être partie prenante dans la recherche de solutions et de résolutions des conflits.

Aussi les gouvernements (gouvernements locaux inclus) devraient:
Se doter d’infrastructures (enregistrement civil des données vitales – en commençant par l’enregistrement des naissances, les écoles, l’eau, le système  sanitaire, la santé et les routes-).
Travail décent et salaires égaux
Lutter contre la corruption et pratiquer bonne gouvernance
Combattre le non-paiement des impôts, notamment par les très riches et les compagnies (multinationales)
Prévoir et mettre en œuvre un plan d’action pour éliminer la violence contre les femmes et les filles en coopération avec les organisations féminines.
En finir avec l’impunité, avec la violence policière ou militaire, et aider les victimes de la traite qui retournent dans leur pays d’origine.  Travailler à l’élimination des causes profondes de l’inégalité femmes-hommes, à savoir l’inégalité des relations de pouvoir entre les femmes et les hommes.
Prévoir un minimum vital pour éviter l’extrême pauvreté (pensions de vieillesse, allocations parentales, allocations handicapés), en bref un minimum plancher au-dessous duquel on n’est pas censé vivre dans la dignité.

Voix:
Filles et  femmes doivent avoir “voix “à la maison:
Dans la distribution des tâches, de la nourriture et des revenus; elles doivent pouvoir se faire entendre sur leurs relations sexuelles, sur le nombre et le moment où avoir des enfants, sur leur éducation; sur le lieu de leur domicile et sur le choix d’avoir  une profession.

Elles ont le droit de dire non!

Elles doivent avoir “voix” dans la communauté:
Être membres d’associations, de coopératives; être dans conseils et médias; revendiquer pour  leurs droits; combattre les préjugés; lancer des campagnes pour briser le silence sur la violence; être partie prenante, au même titre que  les hommes, dans les discussions, les consultations et les commissions qui tentent de trouver des solutions aux  conflits et désastres. 

Les gouvernements devraient par conséquent:
Intégrer l’égalité de genre dans toutes les décisions et les corps décisionnels (50/50)
Promouvoir accès égal à tous les niveaux d’éducation (primaire, secondaire professionnel et tertiaire) en y incluant  une éducation à la  sexualité, complète et sans parti pris.
Offrir un système de gouvernement ouvert, auquel les femmes puissent participer de façon équitable, en tant que  membres, législatrices, dans la police et dans un système légal de  bonne gouvernance.
Développer des sociétés durables.
Planifier  des solutions en cas de sinistre.

Choix:
Filles et  femmes doivent avoir le choix: 

À la maison elles doivent pouvoir choisir
Qui épouser et quand; en cas de divorce; d’avoir ou non des enfants ainsi que  l’espacement des naissances; leur lieu d’habitation; leur éducation; d’avoir un emploi; de s’affilier à un syndicat; de joindre un parti politique….

Dans la communauté
Il ne devrait y avoir aucune discrimination, les femmes devraient avoir la possibilité de voter et de participer. Les gouvernements locaux devraient combattre les stéréotypes et former les fonctionnaires à ce sujet. Au local il devrait y avoir écoles, hôpitaux, systèmes sanitaires, prise en charge des enfants, eau potable et énergie.

Les gouvernements devraient
Procurer des services basiques accessibles : éducation, santé, revenu minimum pour les personnes âgées et les enfants; cliniques notamment dans les zones rurales.
Travailler à l’élimination des causes structurelles de la pauvreté et de l’inégalité de genre dans le système économique mondial qui rend   la féminisation  de la pauvreté pire encore
Collecter des données ventilées par sexe sur la santé, l’éducation le revenu
Légiférer  de façon à ouvrir, à parité, les partis politiques aux femmes.
Informer les femmes  de leurs Droits Humains, en incluant la liberté de religion et  en insistant sur la CEDAW, le protocole  Optionnel et le Droit des femmes à produire un rapport alternatif.
Lever leurs réserves sur la CEDAW et la Convention des Droits de l’Enfant, s’il en est, et mettre en œuvre ces deux conventions;
Mettre en œuvre les documents régionaux sur les Droits Humains  des Femmes auxquels ils ont adhéré.
Protéger les défenseurs des droits humains
Protéger les femmes contre les effets et les pratiques néfastes du fondamentalisme/extrémisme, dans toutes les religions.

L’Alliance Internationale des Femmes – organisation internationale -s’ est engagée à atteindre ces objectifs et demande à ses membres de les diffuser dans leur pays et dans leurs relations avec les autorités à tous les niveaux.

Lyda Verstegen Septembre 2013
Adopté au 36e congrès, Londres 2013

Top