Avis de recherche : Publications inspirantes d’Afrique francophone

Un livre ouvert avec un drapeau français transparent

Chères amies de l'AIF Francophonie,

Voici mes meilleurs vœux pour la nouvelle année, accompagnés de quelques réflexions très personnelles.

C’est par hasard que je suis tombée sur “Trois femmes puissantes” de Marie Ndiaye. Un coup de foudre ! Quelle puissance de la langue et quelle précision dans la conduite des personnages! Je n’ai fait que me noyer dans ma langue préférée !!! 
Pour mon anniversaire en février (le 86ème – n’est-ce pas formidable !?), je souhaite que ma famille m’offre “De quoi aimer vivre” de Fatou Diome, d’origine sénégalaise.

J’écris ici sur une culture qui est largement inconnue en Europe – où l’anglais domine. Et c’est bien dommage.

Une question pour vous :
Comment pourrions-nous rendre cette littérature visible ?
Je suis sûre qu’il y en a beaucoup plus que ces deux “auteures phares”.

C’est- ce qu’on connaît par contre ici ce sont les visages de jeunes Africains qui, au prix de nombreuses difficultés et aux mains de bandes de passeurs criminels, parviennent à atteindre la “forteresse Europe”, pour se rendre compte ensuite qu’ils ne pourront pas subvenir comme ils l’espéraient à la survie de leurs familles restées aux pays d’origine. 
Et si le réchauffement climatique augmente, nous (en Europe – ce à quoi nous ne sommes absolument pas préparés) serons confrontés à l’avenir à une migration d’une toute autre ampleur !

Chères amies !

En ces temps terribles de haine et de destruction, il me tient à cœur de vous embrasser toutes et de souligner l’effet unificateur de la culture. C’est en somme ce qui distingue l’homme de l’animal !

Dans l’espoir de recevoir encore de nombreuses publications inspirantes de l’Afrique francophone,
je vous adresse mes meilleurs vœux,

Votre Rosy Weiss,
présidente honoraire
commission AIF de migration

COMMENTS

Une réponse

  1. Dans l’International Weekly du New York Times du 15. Jänner 2024 : Une nouvelle passionnante.

    La langue française se développe de plus en plus en Afrique, notamment grâce aux jeunes rappeurs d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale qui, avec de nouvelles expressions telles que “c’est gogo” (c’est pas cool), “choco” (doux), “hit” (bien traiter), peuvent créer une plus grande communauté sur les médias sociaux qu’avec les expressions de langue française classique. En Côte d’Ivoire, le mot “go”, qui signifie “petite amie”, a même réussi à entrer dans le célèbre dictionnaire français Robert. L’année dernière, à Abidjan, les gens ont commencé à appeler leur petit ami “mon pain”, “pain choco” désignant un petit ami mignon. Selon le NYT, cette expression a déjà atteint le Burkina Faso et la RDC, à des milliers de kilomètres de là, mais pas encore la France.

    L’Afrique est un continent jeune, alors que le reste du monde est grisonnant. Les démographes prévoient que d’ici 2060, jusqu’à 85% des francophones vivront sur le continent africain.
    Plus de 60% des francophones quotidiens et 80% des enfants apprenant le français vivent aujourd’hui en Afrique. Il y a autant de francophones à Kinshasa, la capitale de la RDC, qu’à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *