Une déclaration décevante

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

CSW59La déclaration politique adoptée par la 59eCSW à l’occasion du 20e anniversaire de la Quatrième Conférence Mondiale sur les femmes est un texte faible. De plus nous désapprouvons la procédure adoptée pour ce texte car il n’a  pas été  permis à la société civile d’y participer,  violant ainsi  les principe de transparence et  de responsabilité des gouvernements.

La déclaration ne fait que réaffirmer les engagements préexistants et ne reflète en rien les avancées réalisées au profit des droits humains des femmes, atteints lors  des meetings régionaux.

La plus grande  faiblesse de la déclaration se trouve dans le fait que le langage afférent à l’égalité hommes/ femmes, à l’autonomisation et aux droits humains des femmes et des jeunes filles, n’est utilisé à  aucun moment de la déclaration.

Les défis auxquels le monde fait face, et  qui  affectent de façon disproportionnée les femmes, ne sont pas mentionnés de façon explicite: défis économiques,  inégalités, Changements climatiques, montée  des fondamentalismes, crises multiples telle la crise financière.

Le lien avec  l’Agenda du Développement Post 2015 est  lui aussi très ténu, car le  langage ne fait référence qu’à l’utilisation d’opportunités pour intégrer  la perspective de genre dans les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable. Rien ne dit, alors,  que les droits humains et la perspective de genre seront intégrés à tout l’Agenda du Développement Post 2015.  Il n’y a pas non plus de support clair  à  un  objectif spécifique  égalité de genre.

Il n’est pas non plus fait mention que, pour atteindre des changements transformatifs, l’Agenda du Développement Post 2015 doit assurer la réalisation universelle des droits humains de toutes les femmes et jeunes filles, en y incluant les droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que  les droits civils et politiques reconnus dans les instruments de droits humains internationaux, Il est impossible de reconnaître que, seuls, les motifs croissance économique et profit, puissent être stratégiques pour un développement durable.

Dans la déclaration, Il n’est  fait mention nulle part que dans le processus de responsabilité les moyens de mise en œuvre doivent  venir surtout des ressources publiques et que les fonds privés doivent aussi être responsables de leur impact social, environnemental et sur les  droits humains.

Les organisations de droits des femmes, Les organisations féministes, Les activistes de terrain et les défenseurs des droits humains  des femmes ne sont pas mentionnés en dépit du fait qu’ils ont fait le travail ayant le plus d’impact et le plus innovant en ce domaine.

Pour conclure, le processus d’adoption de la déclaration, ainsi que sa substance renvoient l’image d’un très sérieux retour en arrière de l’égalité hommes/femmes, de l’autonomie et des droits humains des femmes et des filles.

Déclaration politique CSW59

Joanna Manganara

 

Leave a Reply